il était une fois

il était une fois un homme

pas plus mauvais , ni meilleur

il vivait dans son royaume

rempli de préjugés par malheur 

ne faisant confiance à personne

du peut être à ses échecs ,

sa vie fût brouillonne

sans pour autant de prise de bec

se faisant une montagne de certitude

ne voulant pas admettre la spécificité

chacun ayant sa propre attitude

on doit les accepter

pour ne point s’enfermer

ni se cacher

il faut du temps pour admettre ses erreurs

ce n’est jamais facile

cela en est même perturbateur

pour ne point se cacher derrière un ancile

la vie est un chemin avec ces obstacles

il faut pouvoir les surmonter

se contentant d’un cénacle

comme guide et compagnons pour avancer

 

 

hermione le bateau de la liberté Lafayette

2014-03-25 15.44.27

Une frégate, témoin d’une grande époque de la construction navale française

En 1778, dans l’arsenal de Rochefort sur une cale de construction proche de la Corderie Royale, l’Hermione était mise en chantier.

Navire de plus de 65 mètres de longueur hors tout, doté d’une voilure de 1500 m2 répartie sur trois mâts, l’Hermione fut construite sur les plans de l’ingénieur Chevillard Aîné.

Elle faisait partie, avec la Courageuse, la Concorde et la Fée, d’une série de quatre frégates mises en chantier à Rochefort.

Appartenant à la catégorie de frégates dites légères, caractérisées par leur vitesse et leur maniabilité, l’Hermione était équipée de 26 canons tirant des boulets de 12 livres, d’où son nom de « frégate de 12 ».

Longue de 44,20 m, large de plus de 11 m, la frégate nécessita 11 mois de travail pour des centaines de charpentiers, forgerons, perceurs, cloueurs, calfats… bagnards… pour un total de plus de 35 000 journées de travail.

2014-03-25 15.54.08

2014-03-25 16.52.01

2014-03-25 16.52.22

2014-03-25 16.54.17

2014-03-25 16.56.07

2014-03-25 16.59.11

Un navire à jamais lié à la légende de La Fayette

« Du premier moment où j’ai entendu prononcer le nom de l’Amérique, je l’ai aimée ; dès l’instant où j’ai su qu’elle combattait pour la liberté, j’ai brûlé du désir de verser mon sang pour elle ; les jours où je pourrai la servir seront comptés par moi, dans tous les temps et dans tous les lieux, parmi les plus heureux de ma vie. » La Fayette

Eté 1776, la rupture est consommée entre l’Angleterre et les « insurgents », partisans de l’indépendance des colonies anglaises en Amérique du Nord.

En janvier 1779, de retour d’Amérique où il s’était porté volontaire au service de la cause américaine, Gilbert Motier, marquis de La Fayette, gentilhomme français âgé de 21 ans, s’efforce d’obtenir pour elle le soutien officiel de la France.

Il réussit à convaincre le roi Louis XVI et son état-major d’apporter une aide militaire et financière aux troupes du Général Washington.

Le 21 mars 1780, le jeune major général de La Fayette embarque à bord de l’Hermione. Il part combattre aux côtés des insurgés américains qui luttent pour leur indépendance.

.

L’Hermione est mise en chantier en 1778 à l’arsenal de Rochefort sur les plans d’Henri Chevillard, dit Chevillard Aîné. On est alors en pleine guerre d’indépendance américaine et les chantiers navals français, qui passent pour les meilleurs du monde, fonctionnent à plein régime. La frégate est lancée en 1779, soit six mois après sa mise sur cale et est totalement achevée en à peine onze mois. Entre mai et décembre, le navire est testé avec succès dans le golfe de Gascogne sous le commandement du jeune lieutenant de vaisseau Louis-René-Madeleine de Latouche-Tréville (futur vice-amiral et commandant en chef de la marine de Napoléon). L’Hermione réalise alors une brillante campagne au large des côtes françaises, capturant avec audace plusieurs corsaires anglais et de nombreux navires marchands. Cinq jours avant son combat contre le HMS Québec, la Surveillante est sortie avec l’Hermione et d’autres navires espagnols pour accueillir la grande flotte franco-espagnole revenant de Saint-Domingue dont une petite partie allait rejoindre Brest.

La Fayette embarque à Rochefort sur la frégate en mars 1780 et après trente-huit jours de navigation, débarque à Boston pour annoncer l’envoi de renforts français au général Washington. L’Hermione appareille le 2 juin ; elle combat la frégate britannique Iris et subit d’importants dommages.Dix-huit mois plus tard, les insurgents américains, auxquels s’est joint La Fayette remportent dans la baie de la Chesapeake sur mer, puis à Yorktown sur terre des victoires décisives avec l’appui des troupes françaises conduites par Rochambeau et de Grasse.

En mai 1781, la frégate reçoit le jeune Congrès américain à son bord. Le 21 juillet 1781, elle combat à plusieurs reprises et avec succès aux côtés du vaisseau l’Astrée commandé par Jean-François de La Pérouse. L’Hermione est elle-même toujours commandée à cette époque par Latouche-Tréville (cf. combat du 21 juillet 1781).

En février 1782, alors que la guerre a basculé en faveur des insurgés américains que Louis XVI soutient, la frégate regagne la France. Elle accompagne alors une flottille en direction de l’océan Indien pour renforcer l’escadre de Pierre André de Suffren dans le conflit avec les Britanniques pour le contrôle du golfe de Bengale. La paix est cependant rapidement signée et le navire retourne à Rochefort en avril 1784.

En 1793, la France révolutionnaire se mobilise, à force de levées en masse, pour faire face à la première coalition, tandis que l’Ouest du pays s’embrase. La guerre de Vendée bat son plein avec ses atrocités, vidant les ports de marins et d’officiers, devenus hostiles à la Convention. L’Hermione, amarrée à Nantes, reprend du service contre l’Angleterre, ennemie jurée de la France révolutionnaire après l’exécution du roi. Placée sous le commandement du récemment promu capitaine de vaisseau (et futur amiral) Pierre Martin, elle s’empare d’un corsaire puis est postée trois mois dans l’embouchure de la Loire pour appuyer les troupes républicaines contre les Vendéens. Le IVe jour complémentaire de l’an I de la République (20 septembre 1793), commandée par un équipage peu expérimenté, à peine sortie de l’estuaire de la Loire et par la faute d’un pilote local, la frégate sombre sur des rochers au large du Croisic, sur le plateau du Four. Une campagne de fouilles archéologiques, entreprise au cours de l’été 20051, a permis de récupérer plusieurs objets, dont une partie du gouvernail, et de remonter l’ancre de quatre mètres de long et d’un poids d’une tonne et demi2

//

ce qu il faut savoir

c ‘est juste un exemple pour le mariage mais cela s applique sur tous différents

Tous les couples de même sexe ont désormais le droit de se marier en France. Tous ? Non. Comme l’explique notre riveraine Lise, qui ne peut pas épouser sa compagne polonaise, les ressortissants de onze pays sont privés du bénéfice de la loi Taubira, définitivement adoptée par l’Assemblée nationale le 23 avril dernier, et promulguée le 18 mai.

Il est courant que le droit personnel appliqué, notamment le droit de la famille, soit celui du pays dont l’un des conjoints est ressortissant. Mais dans la mesure où le mariage homosexuel n’est autorisé que dans très peu de pays, la loi du 17 mai prévoit une dérogation introduite à l’article 202-1 alinéa 2 du Code civil, rédigé comme suit :

« deux personnes de même sexe peuvent contracter mariage lorsque, pour au moins l’une d’elles, soit sa loi personnelle, soit la loi de l’Etat sur le territoire duquel elle a son domicile ou sa résidence le permet ».

Onze pays ont signé une convention

Voir le document

(Fichier PDF)

Comme l’explique la circulaire [PDF] de présentation de la loi, datée du 29 mai et signée par Christiane Taubira :

« Cette disposition permet d’écarter la loi personnelle, et de célébrer le mariage entre personnes du même sexe, dès lors que l’un des futurs époux est français ou a sa résidence en France. »

Mais cette disposition se heurte aux pays liés à la France par une convention bilatérale, stipulant expressément que les conditions de fond du mariage sont celles, pour chacun des futurs époux, de la loi de leur pays respectif.

Onze pays ont signé ladite convention :

  • le Maroc ;
  • l’Algérie ;
  • la Tunisie ;
  • le Laos ;
  • le Cambodge ;
  • la Pologne ;
  • la Serbie ;
  • le Kosovo ;
  • la Bosnie-Herzégovine ;
  • la Slovénie ;
  • et le Monténégro (ces cinq derniers au titre de l’ancienne convention franco-yougoslave).

Le droit européen ne dit rien sur le mariage

Comment un tel accord peut-il prévaloir sur la loi française ? Mathias Audit, professeur de droit international à l’université de Nanterre, explique :

« Ces conventions internationales sont situées au-dessus de la loi nationale dans la hiérarchie des normes. Elles doivent forcément s’appliquer. »

Or, aucun de ces pays n’autorisant le mariage entre des personnes de même sexe, l’union est impossible. L’officier d’état civil qui fera les vérifications opposera la convention aux aspirants. Fin de l’histoire.

Se pose alors la question de la conformité de ces conventions au droit européen. Le droit européen stricto sensu n’est pas très prolixe sur le droit de la famille. La Cour de justice de l’Union européenne n’est pas la juridiction la plus indiquée pour un tel recours. Quid de la Cour européenne des droits de l’homme ?

Le professeur résume :

« La Cour européenne des droits de l’homme pourrait être saisie, et, le cas échéant, donner raison au plaignant. La France condamnée pourrait alors être obligée de dénoncer la convention. Mais cela suppose d’avoir épuisé toutes les voies de droit dans son propre pays. »

Il faudrait pour le plaignant faire un recours devant les juridictions françaises, jusqu’à la Cour de cassation, pour pouvoir prétendre saisir la Cour de Strasbourg. Des procédures longues et épuisantes qui ne sont même pas sûres d’aboutir.

Pourquoi de telles conventions ?

Les conventions passées avec d’anciens territoires sous souveraineté ou autorité française « rattachent de façon générale le statut personnel à la loi applicable, voire ne traitent que de la situation du Français rattaché à sa loi personnelle » : tel est le cas du Cambodge, du Laos, de la Tunisie et de l’Algérie.

D’autres sont issues d’une vieille tradition de coopération juridique et sociale, notamment avec les pays de l’ex-Yougoslavie.

Ces conventions peuvent s’avérer pratiques pour les questions de filiation ou de succession. Elles évitent également le problème des mariages « boiteux », valides dans un seul pays.

« Si on s’intéresse aux conséquences pratiques et juridiques de la convention, on constate qu’elle est utile pour régler nombre de situations relatives aux droits des personnes. »

Mais ces traités ne sont pas des dogmes, et des exceptions peuvent être faites dans certains cas.

Peut-on y déroger ?

C’est difficile, mais pas impossible. Deux possibilités existent :

  • la convention peut comporter une clause d’ordre public. C’est au juge d’apprécier l’opportunité d’appliquer cette clause ou non d’après Mathias Audit :

« Si le juge estime que la convention ou l’une de ses dispositions est contraire aux principes fondamentaux régissant le droit français, il peut décider de ne pas appliquer cette convention. »

La convention de 1981 [PDF] liant la France au Maroc, par exemple, comporte une telle clause. La jurisprudence française l’a déjà appliquée en droit de la famille, concernant des mariages interconfessionnels, interdits dans le royaume, ou pour des répudiations. Le juge français estime qu’il y a violation du principe de non-discrimination en raison de la religion, et il a fait de même pour la Tunisie et l’Algérie. On peut imaginer que le principe de non-discrimination en raison de l’orientation sexuelle pourrait jouer un rôle similaire.

  • Et si la convention ne comporte pas de clause d’ordre public, comme celle de 1967 [PDF] liant la France à la Pologne ? Selon Mathias Audit,

« la seule solution est de la dénoncer. Dans le cas de la Pologne, la convention est signée pour cinq ans, avec tacite reconduction… C’est à ce moment qu’il est possible de la dénoncer.

Dans d’autres cas, l’accord n’a pas de limite dans le temps, et la dénonciation est possible à n’importe quel moment. La dénonciation met ainsi fin à la validité de la convention. »

Pourquoi ne pas renoncer aux conventions ?

La ministre de la Justice a été vertement critiquée pour se plier au joug de conventions, que d’aucuns jugent archaïques. La Chancellerie a répliqué qu’il ne lui revenait pas d’apprécier la validité ou non de tels accords.

En effet, et cela est inscrit dans les accords, c’est la voie diplomatique qui règle la « vie » de la convention. En clair, seul le Quai d’Orsay, et plus largement l’exécutif, a le pouvoir de dénoncer le texte.

Dans un article paru sur StreetPress.com, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères tente une explication :

« Nous luttons contre les discriminations et sommes en contact avec les pays amis mais ce n’est pas à nous de leur dicter la conduite à avoir. Mais à ma connaissance aucune procédure de modification de ces traités n’est en cours. »

Si la question de la dénonciation est délicate d’un point de vue diplomatique, l’application de ces conventions va poser un réel souci de cohérence du corpus juridique.

Dans une étude très complète [PDF], intitulée « Le “Mariage pour tous” en droit international privé : le législateur français à la peine… », Hugues Fulchiron,
professeur à l’université Jean Moulin Lyon III et directeur du centre de droit de la famille, dresse la liste non-exhaustive des incohérences que l’application de la loi Taubira va occasionner :

« Soit par exemple un Français qui veut épouser un Algérien, ou deux Tunisiennes résidant en France qui souhaitent s’y marier : leur opposera-t-on un refus en invoquant les engagements internationaux de la France, alors que deux Egyptiennes résidant en France (en l’absence de convention) ou un couple franco-marocain (en vertu de l’exception d’ordre public prévue par la convention) pourront convoler en justes noces ?

Ne risque-t-on pas de créer un ordre public à deux vitesses, opposable ou non selon qu’un accord antérieur a été conclu ou non avec le pays d’origine, dans un contexte d’ailleurs radicalement différent ? Quand on se souvient que le fondement retenu pour ouvrir le mariage aux personnes de même sexe est l’égalité entre les couples et le refus des discriminations fondées sur l’orientation sexuelle, l’exception formulée à l’article 202-1 sera bien difficile à justifier. »

Il conclut :

« En fait, de deux choses l’une : ou bien l’on assure le respect de tous les droits étrangers qui restent fidèles à la conception “ traditionnelle ” du mariage – quitte à le moduler selon l’intensité des liens qui rattachent la situation au pays en question – ou bien on impose à tous les valeurs que l’on a jugées nécessaire de traduire dans les textes internes. »

 

il faudra prendre en conséquence que les règles internationales seront appliqués dés que l on quitte le territoire  français et nous devenons  assujettis aux règles de l autre pays ………………. à méditer quelque soit le problèmes mariage , droit etc etc

bon a savoir quand on voyage ?????????????????

 

« Le consul de France nous a dit : ‘On ne peut rien faire pour vous. Estimez-vous heureuses de ne pas être en prison.' » Selon France info, jeudi 7 août, deux Françaises sont retenues en Géorgie en attente de leur procès pour possession de Dafalgan, un médicament contre les maux de tête. Vendu sur ordonnance en France, le Dafalgan codéiné est interdit en Géorgie.

Arrêtée par les douanes la semaine dernière, Arzu Bilici se voit alors retirer ses papiers. Les comprimés sont envoyés dans un laboratoire. Depuis, elle « dort dans sa voiture devant le commissariat de la ville d’Akhaltsikhe« , dans le sud du pays, raconte France Info. La radio précise que cette touriste a été rejointe, dimanche, par une autre Française à qui la même mésaventure est arrivée. Elles risquent toutes les deux une amende de 2 500 euros, qui doit leur être confirmée à leur procès.

c est un moyen chez nous a envisager pour renflouer la sécu  Lol

qui croire ???????????????

 

PARIS (Reuters) – Le déficit commercial français s’améliore depuis quelques mois et s’établit à un peu moins de 30 milliards d’euros pour le premier semestre 2014, annonce la secrétaire d’Etat au Commerce extérieur dans une interview publiée jeudi par Le Figaro.

« A mi-année, nous sommes au niveau le plus bas depuis 2010 », explique Fleur Pellerin. « Hors énergie, il a atteint neuf milliards. Pour mémoire, il était de 17 milliards à mi-2011 ; c’est un progrès considérable. »

Elle impute notamment ce résultat à des importations peu dynamiques, en réduction d’environ 1,0% du fait du recul du prix de l’énergie, mais juge que la situation est encore loin d’être satisfaisante, avec des exportations encore faibles.

Pour Fleur Pellerin, la principale force de la France réside encore dans l’aéronautique et le spatial, la chimie, les parfums et cosmétiques, en hausse par rapport à 2013, et dans le redémarrage de l’automobile.

Elle rappelle par ailleurs que la balance des services n’est pas comptabilisée dans la balance commerciale. Or, elle est excédentaire de plus de 10 milliards d’euros.

« Les services marchands représentent la moitié de l’emploi en France, ils sont le premier employeur de notre pays », fait valoir la secrétaire d’Etat.

Elle juge tenable la prévision d’un déficit du commerce extérieur de 53 milliards d’euros pour l’ensemble de l’année, inscrite dans la loi de finances 2014, si l’amélioration enregistrée au premier semestre se poursuit.

« Cela suppose toutefois que nos entreprises se tournent toujours plus vers l’international et en particulier vers les marchés plus lointains, en forte croissance », ajoute-t-elle.

Elle reprend à son compte l’objectif fixé par le président François Hollande d’une balance commerciale hors énergie à l’équilibre à la fin du quinquennat, en 2017.

et dans la foulée

PARIS (Reuters) – Le déficit commercial de la France s’est creusé à 5,38 milliards d’euros en juin sous l’effet d’une hausse des importations plus forte que des exportations, même si celles-ci ont atteint leur plus haut niveau depuis 14 mois, selon les statistiques CVS/CJO publiées jeudi par les Douanes.

Il se compare à un déficit de mai revu en hausse à 5,13 milliards d’euros, alors qu’il avait été annoncé à 4,87 milliards en première estimation.

Le déficit cumulé sur l’ensemble du premier semestre s’élève à 29,2 milliards d’euros contre 30,7 milliards un an plus tôt.

Pour juin, les Douanes font état d’une hausse de 2,2% des importations, à 42,1 milliards d’euros. Dans le même temps, les exportations ont progressé de 1,8% à 36,7 milliards, un plus haut depuis avril 2013.

Le déficit des seuls produits manufacturés s’est élevé à 4,0 milliards contre 3,0 milliards en mai, en raison ses importations plus fortes de produits chimiques et pharmaceutiques, d’automobiles, dont les ventes ont augmenté en juin, et d’équipements industriels (mécaniques et électriques).

Les ventes d’Airbus (30 appareils) ont représenté 2,51 milliard d’euros sur le mois contre 1,48 milliard en mai (21 appareils).

Par zones géographiques, le déficit avec les pays hors Europe est resté globalement stable (-3,43 milliards contre -3,44 milliards) mais celui avec les autres pays de l’Union européenne s’est nettement creusé à 3,43 milliards (contre -2,80 milliards). Avec la seule zone euro, il s’est inscrit à 3,67 milliards contre 3,44 milliards.

(Yann Le Guernigou)

 

bien sur lorsque l on dit une partie des choses on  trouve toujours a s en accommoder mais cela ne represente jamais la realité 

posez vous les bonnes questions

nous avons eu trois jours de deuil nationale et les drapeaux en berne

mais pourquoi pas pour les centaines de mort sur la route tous les we nous cacherons t on quelque que chose

pourquoi pas un deuil nationale pour l accident de train pour l incompétence de l ‘état y a t il des faits que l on nous cachent

pourquoi pas un deuil nationale pour les centaines de femmes tuées par leur mari sous les coups ,cela ne mérite t il pas un deuil nationale

il y a des centaines de choses qui sont aussi importantes je ne critique pas les familles mais est ce pour autant nécessaire de décréter un deuil nationale , ou mettre des drapeaux en bernes

normalement si il y a ce type de deuil cela doit toucher la nation , ces institutions   les rouages de l’état ce n est pas pour redorer son blason il doit y avoir des choses , des faits qui sont passés sous silence , que les médias passent sous silence n allant pas  chercher les informations ou alors ne voulant pas les divulguer

car un deuil nationale doit être justifié par des faits sérieux concernant l’état et non pas un enfumage grossier comme celui ci que tout le monde prend pour argent comptant

Essayez de réfléchir par vous même pour justifier ce traitement

Je compatis au deuil de ces familles mais je voudrais savoir en connaissance de causes pourquoi .Sinon il va falloir décréter chaque mois un deuil nationale de 3 jours pour les multitudes de causes qui sont aussi grave est ce pour compatir avec le peuple algérien

alors pourquoi pour le vol de air malesia il n y a pas eu ce même traitement qu ont ils de spéciaux ces morts …………

je m excuse pour ce mot mais je retourne à ma pause car par moment je suis écœuré  que l on nous prenne pour des simples d’esprit n’ayant pas la faculté de s’interroger, d’analyser de réfléchir tout simplement

 

pause

j ai toujours eu envie d’écrire en fonction de mes inspirations de ce que j entendais mais la j ‘ en ai plus envie donc je me retire pour l instant de ce monde on verra par la suite si j’y retourne

Bonne continuation à tous

chris

trouvez l erreur N 3

Un bon parcours dans une Coupe du monde de football confère souvent optimisme et sourire à un pays. La beauté du sport… En Corée du Nord, régime totalitaire et considéré comme étant le plus fermé au monde, le dictateur Kim Jong-Un l’a bien compris. Les autorités ont assuré, via la chaîne officielle, que la sélection nationale est qualifiée pour la finale du Mondial où elle défiera le Portugal. Une propagande sans équivalent…

 

Corée du Nord-Portugal en finale

Dans une vidéo visionnée plus d’un million de fois sur Youtube, une présentatrice s’emballe sur le parcours des Moustiques Rouges. La nature des adversaires ne doit d’ailleurs rien au hasard. Pour se qualifier, ils ont ainsi battu le Japon (7-0), les Etats-Unis (2-0) et la Chine (4-0). Trois pays rivaux, sinon ennemis, de la péninsule nord-coréenne. Et la finale aura un goût de revanche puisque le Portugal avait infligé un cinglant 7-0 aux Asiatiques en 2010. Aurait plutôt, car tout ceci est bien évidemment faux. Plus les ficelles sont grosses…

Des images d’archive pour plus de réalisme…

Outre le fait que quatre matchs ne suffisent pas pour se qualifier en finale de Coupe du monde, la Corée du Nord ne faisait même pas partie des 32 lauréats présents au Brésil. Pour étayer leurs élucubrations fantaisistes, les dirigeants ont utilisé des extraits de matchs de la sélection nord-coréenn

Corée du Nord bat Portugal !

Non, la finale de la Coupe du monde n’opposait pas l’Allemagne à l’Argentine, mais la Corée du Nord au Portugal. Une information émanant de la toujours très dépendante télévision nord-coréenne. Depuis, le fake a été démasqué. Mais qu’aurait pu donner cette finale si elle s’était vraiment disputée…

Corée du Nord bat Portugal : 5-3 (après prolongation)
Buteurs : Ri Il-jin (15e et 115e), Pak Song-chol (60e), Ro Hak-su (73e), Jong Il-gwan (103e) pour la Corée du Nord ; Ronaldo (43e), Eder (81e) et Postiga (88e) pour le Portugal.

Cristiano Ronaldo présente le visage fermé des mauvais jours. À la veille du match le plus important de sa carrière, le capitaine portugais dissimule mal son inquiétude. « Bien sûr que la Corée est favorite, explique-t-il en conférence de presse. Elle a gagné tous ses matchs par quatre buts d’écart et sa victoire 8-1 contre le Brésil prouve qu’on est en présence d’une équipe en confiance. » S’il omet la belle résistance chinoise au premier tour (défaite 2-0), CR7 n’exagère pas le rapport de force. Depuis le début de ce Mondial brésilien, les Chollimas déploient une force collective et individuelle « qui me rappelle mon Brésil 70 », va jusqu’à dire un Pelé qui a déjà prévu de se rendre à Pyongyang à l’invitation de son nouvel ami, Kim Jong-un. Dilma Rousseff n’a pas souhaité accueillir ce dernier malgré les demandes répétées du président de la FIFA, Sepp Blatter au nom « de la paix dans le monde ».

Entre l’ancien colon et l’équipe qui a humilié leur Seleção 8-1, les Brésiliens prennent parti pour les premiers. « Des types qui bouffent des chiens ne vont quand même pas gagner notre Coupe du monde », s’emporte le député Romário. Et les Portugais ont bien besoin de ce soutien, eux qui reviennent de loin. Qualifiés par miracle pour les huitièmes malgré leur fiasco inaugural face à l’Allemagne, ils ont ensuite compté sur la réussite de leur avant-centre Eder pour éliminer la Belgique, l’Argentine et les Pays-Bas trois fois 1-0. « Eder est en pleine réussite, mais il a aussi bénéficié du bon travail de Cristiano », assure le sélectionneur Paulo Bento, coupant court aux rumeurs de mésententes entre les deux stars de l’équipe.

Double vengeance pour la Corée du Nord

Les Nord-Coréens ne connaissent pas ces problèmes. Malgré leurs 25 buts inscrits depuis le début du tournoi, personne n’est pour l’instant vraiment parvenu à retenir les noms de leurs différents auteurs. À part peut-être Jean-Michel Larqué qui s’était étonné que « le dénommé Kim court plus vite que ce noir de Ramires ». Pour les partenaires de Pak Kwang-ryong (auteur de huit réalisations et qui vient de refuser une offre de Monaco), cette finale tient surtout d’une double revanche face à un pays contre lequel leurs aînés ont chuté en 1966, sans oublier bien sûr le 7-0 il y a quatre ans de cela. « 

 

On a bien sûr une pensée pour notre sélectionneur de l’époque qui a nous malheureusement quittés peu de temps après », confie Ri Chol-myong.

Fidèle à son 2-4-1-2-1 plébiscité par Pep Guardiola, la Corée étouffe d’entrée les Portugais. Comme l’avait craint José Mourinho dans sa chronique pour Yahoo!, le duo Park-Park dicte sa loi au milieu de terrain. Ri Il-jin (à moins que ça ne soit Pak Song-chol) ouvre le score dans le premier quart d’heure. Les Portugais s’en remettent alors à Cristiano Ronaldo. Peu avant la mi-temps, la 38e tentative du natif de Madère dans ce tournoi est enfin la bonne. La sanction ne tarde pas à tomber pour le gardien Kim Myong-gil qui avait mal évalué le coup franc de la star du Real. Son sélectionneur le remplace sur le champ et lui demande de rédiger sur le banc une lettre d’excuse à la nation.

À moins que ça ne soit son frère jumeau

Après la pause, les Chollimas reprennent leur domination. « Figurez-vous Arsène que ce John Gand Wing a un frère jumeau qui est né le même jour que lui », rappelle Christian Jeanpierre qui se demande pourquoi « aucun club de Ligue 1 ne s’était intéressé à lui auparavant ». En toute logique, la Corée reprend l’avantage sur une frappe lointaine de Pak-Song Chol (à moins que ça ne soit Ri Il-jin) et creuse même l’écart dans la foulée par « ce diable de Ha-ri-Co » s’époumone CJP. Paulo Bento ose alors l’impensable : aligner le duo Elder-Postiga et reculer Ronaldo en meneur de jeu. Surpris par cette audace tactique, les Coréens cèdent par deux fois dans les dix dernières minutes. Eder reprend de la tête un centre de Nani et Postiga transforme d’une panenka (comme face à l’Angleterre à l’Europ 2004) un penalty que Ronaldo « ne sentait pas trop ».

Alors qu’on commence à assister à des scènes de liesses du côté de Lisbonne, Villiers et Séoul, l’arbitre autorise la sélection de Corée du Nord à regagner le vestiaire avant la prolongation. Les Portugais, eux, restent dans le rond central à attendre le retour de leurs adversaires. Alors qu’ils semblaient accusés le coup en fin du temps réglementaire, les Nord-Coréens retrouvent une certaine vigueur physique. La 146e équipe au classement FIFA repasse devant grâce à « John Gand Wing » (à moins que ça ne soit son frère jumeau né le même jour que lui). Un Cristiano Ronaldo hors de lui vient alors déposer une réserve technique auprès des officiels.

Ronaldo dénonce une supercherie

Le capitaine de la Selecção jure que « ces communistes » ont profité de leur passage aux vestiaires pour remplacer sept de leurs joueurs. Photos à l’appui sur son smartphone, le Portugais cherche à démontrer la supercherie. Mais l’arbitre ne reçoit pas ses arguments et Ri-il jin (à moins que ça ne soit Pak-Song Chol) inscrit le but du break. Quarante-huit après, la Corée du Nord prend sa revanche face au Portugal sur ce même score de 5-3. « GREAT JOB CHINA », félicite sur son Twitter Rihanna, alors que les Portugais refusent eux de venir récupérer leur médaille de finalistes. « J’ai encore plus mal au cul qu’en 2004 face à la Grèce », synthétise un Ronaldo qui annonce sa retraite internationale dans la foulée. Au même moment, la télévision nord-coréenne prend l’antenne pour diffuser le début de la demi-finale face au Brésil.

C est cela l information qui peut dire que ce que l on voit voit est la réalité du moment …

trouvez l’erreur N 2

Hier le fils de  M Fabius à bord d’une audi a forcé un barrage de police et brulé un feu rouge

il n a eu qu’une réprimande  sans amende

je pense à tous ceux qui ont eu des délits mineurs (port de ceintures, exces de vitesse de 10 km ,telephoner …….    ) avec leurs amendes et leurs retraits de points

c’est cela la nouvelle justice , l’équité pour tous

à continuer ainsi 1789 ne sera pas la dernière révolution